dimanche 16 mars 2008

Elections Cantonales : ne les oublions pas !

ELECTIONS CANTONALES DU 16 MARS 2008







            Saint-Saulviennes,
            Saint-Saulviens,



 
 




K. SOISSONS  J. MARISSIAUX
    Candidate        Candidat
  Suppléante        Titulaire

Dimanche dernier, vous avez été 1112 à venir voter pour Karine SOISSONS et moi-même.

En nous plaçant ainsi en seconde position devant Dominique Mary, le candidat du PCF, vous nous avez qualifiés pour le 2ème tour des élections cantonales.

Comment remercier Jean-Marc HOCHART et ses amis qui relaient ma campagne sur Saint-Saulve?

Comment remercier Dominique MARY qui appelle ses électeurs à me soutenir Dimanche prochain?

Peut-être en vous confirmant que j’ai toujours travaillé dans le respect des opinions de chacun et que vous serez accueilli en Mairie de Bruay sur l’Escaut aussi bien que dans la vôtre...

Socialiste de coeur, je siègerai au sein de la majorité départementale, ce qui est loin d’être négligeable si l’on veut être efficace...!

Efficace, il faudra que je le sois vis-à-vis des 20 engagements concrets de mon programme cantonal 2008-20 14.


Dimanche, prenez quelques minutes de votre temps pour venir voter:

J’ai besoin de votre voix pour faire gagner le canton!


J. MARISSIAUX



Candidat soutenu par le PS, le PCF, le MODEM, les VERTS
et des personnalités de sensibilités diverses.

samedi 15 mars 2008

Dimanche 16 Mars, 2ème tour des élections cantonales

Jean-Marc Hochart et son équipe  vous appellent à voter pour  Jacques Marissiaux, maire de Bruay sur Escaut,  pour représenter notre canton au  Conseil général.




Jean-Marc Hochart félicité pour sa campagne


par  Dominique Bailly, président du groupe socialiste, citoyen et radical du Conseil régional du Nord - Pas de Calais.



vendredi 14 mars 2008

Mme Gallez et les cantonales, réaction d'un Saint-Saulvien.

          Nous avons reçu plusieurs courriers et coups de téléphone d’habitants de Saint Saulve ayant été choqués par la lettre que leur a envoyée Madame Gallez, maire de la commune afin de soutenir Monsieur Hervé Brouillard aux élections cantonales.

C’est toujours agréable d’apprendre que lui seul serait capable de représenter «dignement» la ville de Saint Saulve ! Quel manque de respect pour les nombreux autres citoyens qui dans l’ombre oeuvrent à l’épanouissement de la commune.

Quant «au gain énorme» que représente aux yeux de Madame Gallez le choix d’Hervé Brouillard pour la défense de la démocratie, de qui se moque-t-on?

Un peu de modestie, d’honnêteté politique et de vérité serait de rigueur lorsqu’il s’agit d’évoquer une valeur dont la défense n’est pas un monopole ou le fait d’un Prince ... (surtout pas!) ... mais un souci partagé par tout citoyen qui se respecte ... qu'il soit de droite ou de gauche.


Pour ajouter une remarque, une suggestion ou un commentaire, cliquez sur « ajouter un commentaire » en bas de cet article. Merci !

dimanche 9 mars 2008

Réaction suite à la diffusion de notre dernier tract d'information.

Un dernier tract a été distribué, dans lequel notre candidat se présente et informe tous les Saint-Saulviens des erreurs et carences de la municipalité en place, ainsi que des conditions de créations d'une troisième liste : on ne peut pas dire que tout  fonctionne bien à Saint-Saulve !
En quelques lignes nous vous rappelons aussi les grandes lignes de notre programme.




Nous attendons vos réactions, tant sur le fond que sur la forme du tract, afin de mieux répondre à vos attentes lors des publications à venir.
 
Pour ajouter une remarque, une suggestion ou un commentaire, cliquez sur « ajouter un commentaire » en bas de cet article. Merci !

Notre programme.

Il vous à été distribué, dans les enveloppes officielles. Dessus vous retrouverez :
Nos ambitions pour la ville,

  • Le tramway :
  • Le coeur de ville :
  • Les infrastructures :
  • Culture et jeunesse :



OSONS L’AVENIR
Votons sans rature ni surcharge pour la liste 
AVEC LA GAUCHE,
"SAINT-SAULVE AMBITION" 
Conduite par
Jean-Marc HOCHART

Le 9 Mars 2008

samedi 8 mars 2008

Saint-Saulve Ambition s'adresse aux jeunes électeurs.

Lors des dernières élections municipales du 11 mars 2001, la plupart d’entre vous n’avaient pas le droit de vote, car vous n’étiez pas encore majeurs.Ce courrier vous est destiné.
 


 
SURTOUT, LE 9 MARS, N’OUBLIEZ PAS D’ALLER VOTER !

VOS SUFFRAGES SERONT ESSENTIELS AU RÉVEIL DE NOTRE COMMUNE.

jeudi 6 mars 2008

A propos de la division de l'opposition à Saint-Saulve

De nombreux saint-saulviens ayant une "sensibilité de gauche" ont probablement dû s'interroger sur la coexistence de deux listes d'opposition à la majorité actuelle.

Dans un article paru dans la presse (VdN du dimanche 17 février), M. Jean-Claude Quillet-Vilette, initiateur de la liste "concurrente" de notre liste "Saint-Saulve ambition", s'en est pris au "sectarisme des socialistes" qui auraient refusé ses propositions et qui l'aurait conduit à entreprendre cette démarche.

Il est sans doute bon de rappeler que la liste "Saint-Saulve ambition" comprend, outre des membres du Parti Socialiste - qui ne font pas mystère de leur appartenance politique, des citoyens ne se réclamant d'aucun parti - des membres d'associations notamment, que la deuxième place de la liste est tenue par Mme Annie Morel, membre des Verts, conseillère municipale que beaucoup d'entre vous connaissent probablement, et aussi que des sympathisants communistes y figurent.

Lors de la constitution de notre liste, M. Jean-Marc Hochart, bien connu pour ses engagements dans le monde associatif, et M. Luigi Petiau ont entrepris des démarches pour rencontrer les communistes de Saint-Saulve.
Ils ont pris contact avec M. Quillet-Vilette, qui est considéré comme le représentant du Parti communiste à Saint-Saulve, en l'absence d'organisation militante de ce parti sur notre commune.

M.Quillet-Vilette a paru faire preuve de bien peu d'enthousiasme pour prendre part à notre projet, pour finalement exiger que lui soit octroyé le tiers de la liste "Saint-Saulve ambition".
Une telle exigence ne pouvant être acceptée au regard du travail déjà engagé par les membres de la liste, M. Quillet-Vilette a préféré refuser notre proposition de collaboration.

Il a donc constitué hâtivement une liste concurrente, qu’on pourra s'étonner - ou s'amuser... -  de voir reprendre à son compte plusieurs des propositions avancées par la liste conduite par Jean-Marc Hochart, par exemple en matière d'urbanisme.

Quelques éclaircissements peuvent sans doute être trouvés dans l'article de M. Quillet-Vilette cité précédemment, ainsi que dans les propos d'un membre de cette liste, M. Jacques Pager, qui se présente comme étant un militant altermondialiste. Selon ces personnes, la vocation de leur liste serait de représenter les citoyens ayant voté "non" (de gauche...) au référendum sur le TCE en mai 2005.

M. Pager était d'ailleurs venu, à l'occasion d'une réunion ouverte autour de la liste "Saint-Saulve ambition", solliciter des signatures pour une pétition demandant un nouveau référendum pour la ratification du "traité de Lisbonne", aussi appelé - bien improprement ! - "traité simplifié", et en a obtenu quelques-unes, même si beaucoup d'entre nous trouvaient l'intervention de M. Pager un peu "hors sujet" dans le contexte des élections municipales.
Notons toutefois que d'autres idées avancées par M. Pager avaient été accueillies plus favorablement.

Nous pensons donc qu'il est utile de préciser la position des membres de la section PS de Saint-Saulve concernant le TCE et ce "traité soi-disant simplifié". Notez cependant que cela ne reflète pas forcément l'opinion de l'ensemble des membres de la liste "Saint-Saulve ambition", dont les objectifs communs portent en priorité sur des enjeux municipaux.

Les électeurs se souviennent sans doute que le parti socialiste s'était prononcé en faveur du TCE, non que celui-ci représentât un "idéal indépassable" réalisant toutes les aspirations de gauche, mais parce qu'il permettait une avancée par rapport à la situation actuelle de l'Union Européenne, en améliorant le fonctionnement de ses institutions et en les rendant un peu plus démocratiques - en renforçant les prérogatives du Parlement Européen notamment.

Certains ont pu considérer que cela n'était pas suffisant, et se sont fait les apôtres d'un hypothétique, pour ne pas dire chimérique, "plan B" qui aurait été selon eux une conséquence obligée d'un vote "non" français.

Nous pensons quant à nous qu'une part de mauvaise foi animait, et anime encore, certains des opposants à ces traités, dont un apport essentiel est de renforcer l'aspect politique de l'Europe, qui est encore dans son état actuel avant tout une "zone de libre échange" en mal de régulation.

mardi 4 mars 2008

Aujourd'hui, nous vous présentons la liste "Saint-Saulve Ambition".

Un document de quatre pages est actuellement en cours de distribution. Vous y trouverez notre programme, présenté dans un style aéré et concis, ainsi que notre liste.

Lisez nos propositions, partez à la rencontre de vos représentants de gauche !





Nous attendons vos réactions, pour ajouter une remarque, une suggestion ou un commentaire, cliquez sur « ajouter un commentaire » en bas de cet article. Merci !

lundi 3 mars 2008

Tramway : c'est écrit à demi-mots...

Souvenez-vous, c'était écrit dans la Voix du Nord du 6 janvier 2008 :

"Si tout se passe bien, d'ici à quatre ans maximum, le tramway ira de Valenciennes à Saint-Saulve et Quiévrain (B) d'un côté ; d'Anzin à Vieux-Condé, de l'autre. Pour l'heure, la phase 3 se finalise et Francis Decourrière a mis à profit le début de l'année pour faire un point rapide sur le tracé, qui coince un peu sur deux ou trois points
[...]"
A ce jour, aucune information n'a été donnée, ni aux élus, ni aux Saint-Saulviens, ni aux riverains et commerçants de la route nationnale. Des explications ont été demandées le 7 janvier 2008 par le président de l'union du commerce lors de la présentation des vœux de notre député maire.

Celle-ci nous répond qu'elle ne sait rien (ce qui est tout de même un peu étonnant !) pourtant le projet semble ficelé, sans concertation avec les habitants comme d'habitude...

mercredi 6 février 2008

Réflexions Personnelles :

Raphaël SEVRIN, Conseiller municipal

Lettre ouverte à celles et ceux qui se sentent concernés par la vie municipale.
 
 

                Je ne suis pas candidat à ces élections, mes 76 ans me dictent la décision de sagesse de prendre du recul. Il s’agit bien pour moi d’acter que l’âge marque une étape mais aussi de signifier très clairement que même sans briguer de nouveau mandat, je reste disponible, présent à la vie de la cité, soucieux de continuer à investir le débat public, mais en sachant laisser la place aux générations qui suivent.
Mes 2 mandats municipaux dans l’opposition, dont le dernier comme tête de liste, m’ont construit une expérience que je souhaite faire partager à tous ceux qui sont intéressés par la vie municipale. Je livre donc ci-après mes réflexions avec objectivité et rigueur, dans l’esprit de faire avancer un nécessaire débat de société.
 

• Statut de l’opposition 

L’opposition est une composante indispensable de la vie démocratique, une force nécessaire au débat citoyen pour en garantir l’objectivité, et l’enrichir de propositions. Regarder les choses avec le pouvoir dans les mains, ou l’aborder avec le recul qu’impose son absence, constituent deux approches qui doivent se nourrir pour construire la vie de la cité. Qui doivent, ou plutôt qui devraient, doit-on dire à Saint-Saulve, car cette vision de la vie municipale n’existe pratiquement pas dans notre ville. Distance courtoise, d’accord, mais chacun dans son camp, et va ainsi la vie de la cité, dans une absence de relations démocratiques authentiques. Des lieux existent, tels que les commissions, mais elles sont avant tout des lieux institutionnels obligés, ressemblant plus à des chambres d’enregistrement qu’à des outils d’une construction partagée.

Cette attitude constitue une marque d’indifférence de l’adversaire politique qui pourrait s’apparenter à  du mépris. Sauf à considérer cet adversaire comme incompétent, inapte à porter une réflexion constructive, donc quasiment inexistant, ce maintien à l’écart des décisions est une atteinte grave à la vie démocratique. Le résultat d’une élection ne marque pas, de façon définitive, la césure entre ceux qui savent et peuvent et ceux qui sont renvoyés au silence de leur défaite. Non, au delà du résultat incontestable des urnes, il y a la place pour des espaces de travail en commun. Il revient à la majorité d’avoir l’intelligence de proposer et de baliser ces espaces. Je me réfère bien à des faits réels, des modes de fonctionnement qui vivent par ailleurs, et pour m’inscrire dans cette réalité, j’évoquerais simplement l’étude que nous avions menée sur la réalisation du "cœur de ville"; elle se traduisait par un dossier construit, et signifiait une proposition dont nous avions bien conscience qu’elle ne représentait pas une solution définitive, mais que nous pensions porteuse d’idées à discuter, et qui méritait certainement mieux qu’une élimination pure et simple d’un revers de main.

Je souhaite, dans mon propos, me situer vraiment avec l’attitude d’humilité de celui qui a des vérités à dire mais qui est aussi soumis au risque de l’erreur, et qui, par le fait même de son appartenance au Conseil municipal, porte sa part de responsabilité. Mais je souhaite aussi, par un juste retour d’objectivité, que mes interlocuteurs majoritaires aient aussi ce sentiment de leurs propres limites. J’ai toujours été surpris pour ne pas dire plus par le manque de réactivité personnelle des différentes composantes de la majorité municipale. Ma conception du débat démocratique est basée sur la libre expression des individus qui, avec leurs différences et même grâce à ces différences, sont capables de promouvoir des idées et des propositions originales, quitte à sortir des sentiers battus et des conventions habituellement admises. Mais pour cela il faut, de la part de chacun, volonté d’écoute et capacité à accepter l’affrontement. Et, cette capacité implique qu’il n’y ait pas de crispation systématique des élus de la majorité dès lors qu’un élu de l’opposition formule un avis ou une réaction. L’opposition n’est pas un danger permanent mais devrait pouvoir être vécue, je l’ai déjà dit, comme une opportunité d’enrichissement réciproque.
Disposant du pouvoir, on doit, me semble-t-il, être suffisamment fort pour accepter un débat contradictoire avec sa dimension d’affrontement. Ce n’est pas le cas !
 

• Dimension démocratique de la vie municipale 

Mon propos n’est pas de dresser un bilan de l’action municipale, ce n’est pas mon rôle. Le mandat qui s’achève est marqué d’incontestables réalisations pour le service des citoyens, et je m’en réjouis. Mais il est des domaines où la définition d’une politique prospective est nécessaire, en débat avec tous les acteurs concernés, élus d’opposition, associations, et citoyens Je citerai prioritairement l’urbanisme qui apparait beaucoup plus livré à la volonté des promoteurs que régulé par un projet municipal global cohérent. Mais il y a d’autres sujets.
Aborder ce type de question soulève précisément la question du mode de participation des citoyens à la vie municipale. La démocratie participative est un thème récurrent dans bien des discours nationaux et autres, mais il faut la pratiquer. Ce n’est pas simple et demande volonté de contact et compétence pour l’engager, mais il n’est pas possible d’imaginer une vie municipale dynamique sans cette dimension. Cela passe, en particulier, par une relation avec les associations basée sur un authentique partenariat établi sur les notions de contrat et de responsabilités réciproques. Dans une ville dynamique, il faut croire à la compétence et à la volonté de participation des citoyens!
 

• Comment faire ? Des pistes, des propositions. 

Faire des propositions et les mettre en œuvre tel a été et tel est l’objectif permanent d’une opposition responsable, et nous le sommes. Des propositions ont été faites aux précédents mandats. et je ne fais ici qu’évoquer des pistes à ouvrir. 

Des relations avec les associations basées sur la réalité d’un vrai partenariat.

Des commissions extra-municipales sur les sujets sensibles, permettant aux citoyens de- participer à la vie municipale et de l’enrichir de leurs idées.

Un ”Conseil des sages “, oui, qui permettrait de rassembler des citoyens sur les critères de compétence. de disponibilité, d’engagement. bien au delà des critères d’appartenance politique.

Un ”Conseil des jeunes”, qui permettrait aux jeunes générations de présenter elles-mêmes leurs questions. leurs problèmes, leurs propositions, et de se familiariser avec la vie municipale dans le sens d’un engagement constructif. Les jeunes pourraient participer à titre personnel et aussi comme représentants d’associations.
 

Voilà un certain nombre de réflexions que je souhaitais vous livrer, et je suis bien sûr à votre disposition pour en discuter.
 


Bien cordialement
 

Raphaël SEVRIN, le 5 février 2008

samedi 2 février 2008

Réaction suite à la diffusion de notre deuxième tract d'information.

Un deuxième tract a été distribué, dans lequel notre candidat se présente et informe tous les Saint-Saulviens des erreurs et carences de la municipalité en place : on ne peut pas dire que tout  fonctionne bien à Saint-Saulve !


Nous attendons vos réactions, tant sur le fond que sur la forme du tract, afin de mieux répondre à vos attentes lors des publications à venir.

vendredi 18 janvier 2008

Invitation à la réunion publique du jeudi 24 janvier 2008.

A quelques semaines des prochaines élections municipales qui auront lieu le 9 mars 2008, je vous propose de se rencontrer-le : jeudi 24 janvier 2008, salle Schweitzer, rue Charles Lindberg, de 18h30 à 20h30.
 
L’ordre du jour sera :
-          Présentation du groupe
-          Echanges et écoute de chacun
-          Présentation quasi définitive de la liste de 33 personnes en respectant la parité
-          Présentation avant imprimerie d’un nouveau tract faisant apparaître des propositions
-          Conclusion et prise de date pour la prochaine réunion
 
 
 
 
Dans l’attente de vous rencontrer, je vous prie, Madame, Monsieur, d’agréer mes salutations respectueuses.
 
 
                            
JM Hochart
 
 
 
Attention : réunion salle Schweitzer, cette salle se situe sur l’arrière du bâtiment entrées 13,15 et17 rue Schweitzer, côté square de la Croix du Sud.
 
 
Nota : les personnes qui ne peuvent pas se rendre disponible à cette réunion peuvent me contacter par téléphone ou par Email             

dimanche 13 janvier 2008

Un GRAND projet de ville.

Le 15 décembre 2007 a eu lieu l'inauguration de la résidence Mme De Sévigné.
 
Cette réalisation, entérinée par la majorité municipale, va à l’encontre du projet d’urbanisation qui avait été présenté à la presse en mars 2002 par nos élus minoritaires et l’association Hommes et Femmes de Progrès.
 
Ce « projet d’urbanisme sur le long terme » (titre de l’article paru dans La Voix du Nord des 17 et 18 mars 2002), visait à « créer un vrai centre-ville » (Feuille d’annonces de Valenciennes du 11 avril 2002), centre-ville qui est actuellement introuvable à Saint-Saulve - comme s’en étonnent notamment des nouveaux résidents saint-saulviens que nous avons rencontré.
 
Restant convaincus de l’importance de renforcer la centralité de notre commune, une de nos propositions serait de planifier la constitution d’un véritable cœur de ville - ce qui nécessiterait de définir un périmètre de préemption municipale.
 
Ce coeur de ville prendrait place dans une zone, contenant déjà la Mairie et le CCAS, délimitée par les rues Hamoir, Zola, Vaillant-Couturier et Jean Jaurès.
 
Dans cet espace que nous voudrions propice au développement de la convivialité, pourraient s’implanter différents services, des petits commerçants, une Maison des associations…
 
Nous souhaiterions également aménager dans cette zone un marché couvert – pourquoi pas à la place du terrain de tennis, qui serait quant à lui réimplanté sur l’extérieur de la ville.
 
Ce marché couvert remplacerait l’actuel marché de l’avenue Charles de Gaulle, qui y paralyse la circulation et rend celle-ci encore plus délicate dans la rue Alsace-Lorraine.
 
L’implantation de la Poste, difficilement accessible à certaines heures, serait sans doute également  à revoir.
 
 
Les membres de la liste emmenée par Jean-Marc Hochart accordent une grande importance à l’instauration d’une véritable politique de l’urbanisme, planifiant un développement harmonieux de notre commune sur le moyen et le long terme.
Ce ne semble pas être le cas de la majorité municipale actuelle.