jeudi 6 mars 2008

A propos de la division de l'opposition à Saint-Saulve

De nombreux saint-saulviens ayant une "sensibilité de gauche" ont probablement dû s'interroger sur la coexistence de deux listes d'opposition à la majorité actuelle.

Dans un article paru dans la presse (VdN du dimanche 17 février), M. Jean-Claude Quillet-Vilette, initiateur de la liste "concurrente" de notre liste "Saint-Saulve ambition", s'en est pris au "sectarisme des socialistes" qui auraient refusé ses propositions et qui l'aurait conduit à entreprendre cette démarche.

Il est sans doute bon de rappeler que la liste "Saint-Saulve ambition" comprend, outre des membres du Parti Socialiste - qui ne font pas mystère de leur appartenance politique, des citoyens ne se réclamant d'aucun parti - des membres d'associations notamment, que la deuxième place de la liste est tenue par Mme Annie Morel, membre des Verts, conseillère municipale que beaucoup d'entre vous connaissent probablement, et aussi que des sympathisants communistes y figurent.

Lors de la constitution de notre liste, M. Jean-Marc Hochart, bien connu pour ses engagements dans le monde associatif, et M. Luigi Petiau ont entrepris des démarches pour rencontrer les communistes de Saint-Saulve.
Ils ont pris contact avec M. Quillet-Vilette, qui est considéré comme le représentant du Parti communiste à Saint-Saulve, en l'absence d'organisation militante de ce parti sur notre commune.

M.Quillet-Vilette a paru faire preuve de bien peu d'enthousiasme pour prendre part à notre projet, pour finalement exiger que lui soit octroyé le tiers de la liste "Saint-Saulve ambition".
Une telle exigence ne pouvant être acceptée au regard du travail déjà engagé par les membres de la liste, M. Quillet-Vilette a préféré refuser notre proposition de collaboration.

Il a donc constitué hâtivement une liste concurrente, qu’on pourra s'étonner - ou s'amuser... -  de voir reprendre à son compte plusieurs des propositions avancées par la liste conduite par Jean-Marc Hochart, par exemple en matière d'urbanisme.

Quelques éclaircissements peuvent sans doute être trouvés dans l'article de M. Quillet-Vilette cité précédemment, ainsi que dans les propos d'un membre de cette liste, M. Jacques Pager, qui se présente comme étant un militant altermondialiste. Selon ces personnes, la vocation de leur liste serait de représenter les citoyens ayant voté "non" (de gauche...) au référendum sur le TCE en mai 2005.

M. Pager était d'ailleurs venu, à l'occasion d'une réunion ouverte autour de la liste "Saint-Saulve ambition", solliciter des signatures pour une pétition demandant un nouveau référendum pour la ratification du "traité de Lisbonne", aussi appelé - bien improprement ! - "traité simplifié", et en a obtenu quelques-unes, même si beaucoup d'entre nous trouvaient l'intervention de M. Pager un peu "hors sujet" dans le contexte des élections municipales.
Notons toutefois que d'autres idées avancées par M. Pager avaient été accueillies plus favorablement.

Nous pensons donc qu'il est utile de préciser la position des membres de la section PS de Saint-Saulve concernant le TCE et ce "traité soi-disant simplifié". Notez cependant que cela ne reflète pas forcément l'opinion de l'ensemble des membres de la liste "Saint-Saulve ambition", dont les objectifs communs portent en priorité sur des enjeux municipaux.

Les électeurs se souviennent sans doute que le parti socialiste s'était prononcé en faveur du TCE, non que celui-ci représentât un "idéal indépassable" réalisant toutes les aspirations de gauche, mais parce qu'il permettait une avancée par rapport à la situation actuelle de l'Union Européenne, en améliorant le fonctionnement de ses institutions et en les rendant un peu plus démocratiques - en renforçant les prérogatives du Parlement Européen notamment.

Certains ont pu considérer que cela n'était pas suffisant, et se sont fait les apôtres d'un hypothétique, pour ne pas dire chimérique, "plan B" qui aurait été selon eux une conséquence obligée d'un vote "non" français.

Nous pensons quant à nous qu'une part de mauvaise foi animait, et anime encore, certains des opposants à ces traités, dont un apport essentiel est de renforcer l'aspect politique de l'Europe, qui est encore dans son état actuel avant tout une "zone de libre échange" en mal de régulation.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire